Nous sommes partis avec notre projet d’apiculture à Brazzaville

Nous sommes partis avec notre projet d’apiculture à Brazzaville

Au mois de mai nos deux chefs formateurs sont rentré de la Côte d’Ivoire, où ils ont appris en deux mois l’art de l’apiculteur. Ils sont maintenant capable de gérer de manière professionnelle un site de production et former des nouveaux apiculteurs. Ils ont ainsi été encadré dans la nouvelle Coopérative scolaire de l’IUT-FACOB “BioCongo” et sont ainsi les premiers employés de cette coopérative sociale.


BioCongo: une coopérative qui rassemble apiculteurs, propriétaires fonciers, sponsors


La coopérative BioCongo a été fondé le 15 mai 2018 et a deux associés fondateurs: le IUT-FACOB (représenté par M. le prof. Emmanuel KAMDEM) et la Fondation Bon Samaritain Suisse Congo (représentée par son président Luc GUIDICELLI). Elle a été constituée comme coopérative scolaire selon le droit de la République du Congo et devient une institution indépendante mais rattachée à l’Institut Universitaire Technique FACOB à Brazzaville.

Après sa constitution et approbation par les autorités la coopérative a ainsi accueilli parmi ses membre les deux chefs formateurs et un propriétaire foncier, qui a mis à la disposition de la coopérative une terrain de 10 hectares dans le village de Kintele (à 70 km de Brazzaville).

Les chefs formateurs ont ensuite commencé à préparer 50 ruches pour être peuplés après leur installation sur le terrain de Kintele. Se site sera le lieu d’apprentissage pratique des premiers élèves qui seront admis à ce cours à partir de septembre 2018.

 


Les premiers cours en apiculture à Brazzaville auront lieu à partir de septembre 2018


La Fondation a ainsi mandaté le IUT-FACOB de préparer un plan de cours complet et de promouvoir la formation en apiculture, en particulier dans les campagnes autour de Brazzaville, afin de commencer à répandre ce savoir de façon nettement plus professionnelle. En effet, but final pour les futurs apiculteurs est celui d’obtenir un gain sûr avec la vente des produits de l’apiculture (miel et cire en particulier) de haut de gamme, par rapport au miel artisanal qui remplit les marchés et ne peut pas entrer en concurrence avec le sucre d’importation et qui coûte très cher.

La Fondation garanti aussi un certain nombre de bourses d’études et de micro-financements pour les apiculteurs qui voudraient commencer ce métier mais n’ont pas les moyens pour le faire. La Fondation s’est aussi occupé de préparer une filière de revendeur afin que la coopérative BioCongo puisse jouer le rôle de collecteur du miel de ses membres et de le vendre en gros.