Eric Djembo

Eric Djembo

Dossier “mouches blanches”

Le coordinateur de l’Association ApiMarie

Nous connaissons Eric déjà en 2016, mais pas personnellement, seulement à travers les mots de la Mère supérieure du Monastère de la Visitation de Loango. Il était en fait question de former une petite délégation de candidat(e)s apiculteurs pour être envoyée au centre de formation de Prikro (en Côte d’Ivoire) géré par nos très chers amis de l’association Eau et Miel.

Au début nous ne pouvions pas comprendre pourquoi, dans une délégation qui devait être théoriquement composée uniquement par 2 soeurs du Monastère, il fallait encore ajouter un laïc. La Mère nous a toutefois expliqué que le Monastère nécessitait de la compétence, l’expérience mais aussi de la résistance d’un homme et que la personne dont elle reposait toute sa confiance était bel-et-bien Eric.

Eric suivra donc sa formation professionnelle en apiculture en 2016 à Prikro et obtiendra un diplôme avec tous les honneurs. Il est maintenant prêt pour devenir à son tour formateur pour autres apiculteur.

Malheureusement la collaboration avec le Monastère de Loango s’interromp à cause des règles strictes de l’Ordre de la visitation (clausure), qui est un empêchement pour la création d’un premier centre de formation en apiculture dans la région de Pointe Noire.

Nous pouvons enfin nous associer aux activités de Eric en 2018, quand nous avons l’occasion d’échanger entre noues de comprendre que nous sommes tombes sur une vraie mouche blanche. Eric est un homme de tête et de mains, il sait motiver les gens, il est déterminé et a bien compris tout le monde autour de l’abeille. C’est ainsi que le retrouvons début 2019 en qualité de coordinateur de l’Association ApiMarie de Hinda entouré par 4 femmes et 5 hommes, en train de construire et piéger ses premières ruches dans la forêt du Mayombe.

Notre Fondation soutient ApiMarie et s’occupe de lui donner les moyens financiers adéquats pour devenir dans le futur un centre de formation en apiculture et gestion des ressources du Mayombe. 

C’est pour cette raison que disons un grand merci, Papa Eric!